Types de scooters électriques selon la DGT : c'est ainsi que les véhicules de mobilité individuelle seront réglementés

La mobilité urbaine évolue à un rythme sans précédent. Les véhicules de mobilité personnelle (PMP) font un trou plus rapide que ce que les administrations ont pu commander et maintenant la Direction générale de la circulation a été forcée d'agir.

La mort d'une utilisatrice de scooter électrique écrasée par un camion lorsqu'elle est tombée sur la route et d'une personne âgée victime du premier accident de deux jeunes à bord d'un scooter électrique ont clairement montré que la réglementation actuelle régissant les scooters électriques est clairement insuffisante.

LE VIDE JURIDIQUE DES SCOOTERS ÉLECTRIQUES


Actuellement, les scooters électriques et autres VMPs sont dans un vide juridique qui ne les considère pas comme des véhicules, puisque pour la DGT l'expression minimale de véhicule est une bicyclette (cycle). V-124 publié par la DGT en 2016 et qui n'est guère plus qu'une description informative, mais ne comprend aucune classification à effet normatif.

L'absence d'un cadre législatif au niveau national a contraint les administrations locales, submergées par l'utilisation des PMV, à intervenir par le biais d'ordonnances municipales. Des villes comme Madrid, Barcelone ou Valence ont créé leur propre réglementation basée sur l'instruction 16.V-124 de la DGT.

Les scooters électriques, les monocycles électriques, les petits scooters à moteur qui ne sont ni des scooters ni des vélos, les planches à roulettes et toute une pléiade d'appareils de mobilité alternatifs ne sont, de nos jours, que des jouets selon la réglementation en vigueur en Espagne. Pour des raisons pratiques, ils ne sont pas considérés comme des véhicules et, par conséquent, le code de la route ne s'applique pas à eux.

Comme nous l'avons déjà avancé, le gouvernement et la DGT s'empressent de finaliser une classification pour réglementer l'utilisation des véhicules de mobilité individuelle. Jorge Ordás, directeur adjoint du management de la mobilité et de la technologie à la DGT, a confirmé qu'ils continuent à douter que les VMP soient une mode passagère mais doivent être réglementés.

QUATRE CATÉGORIES POUR TRIER LES VMPS


Ainsi, le Gouvernement espagnol a engagé un processus de réforme de la loi sur la sécurité routière qui sera inclus dans un décret-loi afin que les PMV soient collectées en tant que véhicules dans le cadre du Règlement des véhicules. "Ils ne seront pas considérés comme des véhicules à moteur, mais comme des véhicules à propulsion électrique", a déclaré M. Ordás.

La nouvelle classification distinguerait de la manière suivante les différents véhicules ayant un rang inférieur à celui des véhicules automobiles traditionnels :

* Jouets : planches à roulettes à traction humaine ou petits dispositifs électriques ayant une vitesse ne dépassant pas 6 km/h.
* Véhicules de mobilité personnelle (VMP) : Dispositifs à motorisation électrique et vitesse maximale de 25 km/h : monocycles électriques, scooters électriques, Segway...
* Bicyclettes et vélos électriques : avec ou sans moteur
* Catégorie L1e : Véhicules à moteur ayant une vitesse maximale de 45 km/h.

En vertu de ces prémisses, la DGT veut que tout le monde ait un ensemble d'exigences minimales. Ainsi, ceux qui seraient encore considérés comme des jouets pourront rouler sur les trottoirs, mais à une vitesse maximale de 6 km/h.

Les bicyclettes, les bicyclettes électriques et tous les dispositifs qui sont considérés comme des véhicules de mobilité personnelle doivent être munis d'une identification et d'un certificat de la Communauté européenne à fournir par le fabricant. La vitesse maximale des PMV est limitée à 25 km/h et ne peut être utilisée sur les trottoirs, uniquement sur les pistes cyclables et les rues dont la limite est de 30 km/h.

Les bicyclettes, comme les VMP, ne pourront emprunter les trottoirs et les passages pour piétons que si elles le font à pied, afin de respecter la sécurité des piétons.

Enfin, les scooters électriques ou à essence, avec ou sans siège, ou les petits scooters qui ont été utilisés jusqu'à présent comme scooters avec une vitesse de pointe supérieure à 25 km/h seront inclus dans la catégorie L1e. Ce changement imposera son équation aux cyclomoteurs nécessitant l'enregistrement, l'assurance et le permis AM ou supérieur pour pouvoir conduire. Ils devront toujours circuler sur les routes et doivent être limités à une vitesse maximale de 45 km/h.

Type Véhicules Circulation Vitesse maximale Vitesse maximale Documentation Numéro d'immatriculation Jouets Plaque d'immatriculation Scooters conventionnels, hoverboard Sidewalks 6 km/h Non Véhicules de mobilité personnelle (VMP) Scooters électriques, monocycles électriques, voies Segway Bike, Routes jusqu'à 30 km/h 25 km/h Non Identification et homologation Non Vélos et vélos électriques Avec ou sans assistance électrique de tout type Voies cyclables, tous types de rues Sur la route Identification et homologation Non Catégorie No L1e Scooter électrique à moteur électrique ou à essence Seulement les rues 45 km/h Enregistrement AM. Oui LA RÉFORME NÉCESSAIRE DE LA DGT DE L'EUROPE
Exemple de la catégorie L1e Dès que le VMP est considéré comme un véhicule, il entre dans le champ d'application du code de la route. Dans le cadre de ce processus de réforme, la DGT est déterminée à ce que les scooters électriques quittent les trottoirs des villes, mais l'imposition d'un permis spécifique est exclue.

Mais tout ne dépend pas de la DGT. Les règles de circulation proviennent de Bruxelles. La Commission européenne détecte le problème, la proposition est approuvée au Parlement européen où elle devient une directive communautaire et c'est alors que le gouvernement l'applique à sa législation par décret-loi.

Par l'intermédiaire de la DGT, il est utilisé par le Ministère du Développement et le Ministère de l'Intérieur pour appliquer les réglementations venant d'Europe et en même temps la DGT contribue à la rédaction technique du Décret-loi dans son initiative de modifier, dans le cas présent du VMP, les réglementations des véhicules. Traffic est également responsable de la collecte des problèmes pour le transfert de l'exécutif à Bruxelles. C'est cette voie à double sens qui détermine que la réforme de la loi sur la sécurité routière n'arrivera pas avant la mi-2019.

Avec l'approbation de cette classification et son assimilation en tant que véhicules, il sera également facilité que les administrations locales et les agents responsables puissent contrôler correctement l'utilisation des VMP, établir des limites claires sur la manière et l'endroit où ils peuvent circuler, mais également réglementer leur utilisation correcte. C'est-à-dire, les utilisateurs de scooters électriques pourront être soumis à des contrôles d'alcool, de drogotest, de documentation, d'amendes par excès de vitesse ou même par occupation élevée.

COMMENT CONDUIRE AVEC UN SCOOTER ÉLECTRIQUE ?


En attendant cette nouvelle réforme, les utilisateurs de scooters électriques doivent continuer à adapter leur comportement aux ordonnances publiées par leurs consortiums respectifs.

Ainsi, par exemple, à Madrid, le consistoire de Manuela Carmena, après l'amendement à l'ordonnance récemment publiée, annonce que les scooters électriques peuvent circuler sur 85% des rues de la ville, qui sont celles dont la vitesse limite est fixée à 30 km/h. Ils peuvent également circuler sur les pistes cyclables, les pistes cyclables et les trottoirs à vitesse réduite, mais jamais sur les trottoirs ou les voies réservées aux autobus.

A Barcelone, l'entrée en vigueur de l'Ordonnance date de 2017 et après une période d'adaptation, les agents de la Guàrdia Urbana ont déjà commencé à infliger des amendes aux scooters qui circulent incorrectement sur les trottoirs.

Les trottoirs de Barcelone seront réservés aux piétons, comme à Madrid, mais il est également précisé que l'utilisation de ces véhicules de mobilité personnelle doit être limitée aux personnes âgées de plus de 16 ans.

Ce qu'aucune municipalité n'exige pour l'instant, c'est le port du casque. Cet élément de protection a été recommandé par les deux constellations, mais ni l'une ni l'autre ne l'a exigé comme une exigence pour son utilisation.