La société de gestion d'actifs immobiliers Haya Real Estate prépare ses débuts en Bourse

Haya Real Estate est un autre acteur du secteur de l'immobilier qui court vers la Bourse. La société gère le prêt promoteur et les actifs immobiliers de Bankia, Sareb, Cajamar, Liberbank, Liberbank, BBVA et d'autres institutions financières, évalués à 39.884 millions d'euros.

La société appartient au fonds de capital-risque Cerberus, qui l'a créée en octobre 2013 après l'acquisition de Bankia Habitat, la société de gestion de briques de Bankia, afin de répondre au besoin du secteur financier espagnol de se défaire professionnellement de ses actifs toxiques liés à la brique.

Des sources bancaires d'investissement indiquent que les débuts à la Bourse espagnole sont esquissés et qu'ils suivront les débuts de promoteurs tels que Neinor et Aedas, en 2017, et les prochains de Metrovacesa et Vía Célere. Ni l'évaluation ni le pourcentage que Cerberus vendrait n'ont encore été décidés. Les nouvelles de l'éventuelle introduction en bourse de Haya Real Estate ont été publiées par Bloomberg lundi soir. Une porte-parole de La Haye a refusé de commenter l'information.

Haya, pilotée par Carlos Abad Rico (anciennement Canal + et Sogecable), offre des services tout au long de la chaîne immobilière, mais n'est pas un promoteur : elle gère, administre, titrise et vend mais ne possède pas de biens. La société est principalement engagée dans deux activités. D'abord, le conseil et la souscription de prêts et de garanties, la gestion et le recouvrement de créances et la conversion d'obligations de prêts aux promoteurs en biens immobiliers saisis. Et, deuxièmement, la récupération et la gestion par la vente ou la location de la brique. L'entreprise compte 680 professionnels et un réseau de vente de 2 400 intermédiaires. La valeur de son portefeuille de dettes de promoteurs s'élève à 28 719 millions d'euros et celle de ses actifs immobiliers à 11 165 millions d'euros.

- 2013. En octobre, il achète Bankia Habitat, le gestionnaire immobilier de Bankia, pour 63 millions d'euros.
- 2014. En juillet, elle a acquis la société de gestion immobilière Cajamar pour 225 millions d'euros. En septembre, il paie 235 millions d'euros pour gérer un portefeuille de crédits promoteurs de la Sareb. En décembre, elle accepte de gérer le portefeuille Meridian acquis par Cerberus auprès de Sareb et achète le gestionnaire de fonds de titrisation Ahorro y Titulizacion.
- 2017. d'actifs), cédés par BBVA à Cerberus. Le même mois, il achète Mihabitans, le gestionnaire immobilier de Liberbank, pour 85 millions. En novembre, elle accepte de gérer les futurs actifs en briques toxiques de BBVA. Cerberus acquiert 80% du portefeuille immobilier de 13 milliards d'euros de BBVA. Il paie environ 4 milliards de dollars pour ce pourcentage.
- Décembre. Le fonds a également acquis 70 % d'Inmoglaciar avec plus de 2 000 logements en construction.

Le résultat brut d'exploitation (ebitda) de Haya s'élève à 89,9 millions d'euros pour les neuf premiers mois de 2017, soit 54% de plus qu'à la même période de l'année précédente, avec des ventes d'actifs évaluées à 2 500 millions d'euros et un chiffre d'affaires effectif (essentiellement des commissions) de 165,8 millions d'euros. Les frais de gestion moyens au cours des neuf premiers mois se sont établis à 4,25 %.

Concurrents

Haya est en forte croissance depuis 2013 (voir soutien), mais a de forts rivaux. Blackstone, qui a acheté l'été dernier à Santander 51% de la brique de Popular pour plus de 5.000 millions, a créé Anticipa Real Estate, sous la structure de l'ancienne Catalogne Caixa Inmobiliaria. Cette plate-forme a acquis 40 000 hypothèques de l'entité catalane disparue pour 4 123 millions d'euros en 2015. Depuis lors, elle a acquis ce type de portefeuille de créances hypothécaires, avec un investissement d'environ 7.000 millions d'euros.

Servihabitat appartient au fonds Texas Pacific Group (TPG) à 51% depuis septembre 2013, date à laquelle CaixaBank lui a vendu ce pourcentage pour conserver les 49% restants. Elle gère des actifs d'une valeur d'environ 50 milliards de dollars. Altamira vient de Santander (15%) et du fonds Apollo (85%), qui est entré dans la capitale en novembre 2013. Ses actifs en Espagne sont également évalués à environ 50 milliards d'euros. Solvia, de Sabadell, gère des actifs liés à la brique pour plus de 31 milliards d'euros.