Infiltration lombaire : est-ce une solution aux douleurs dorsales ?

L’infiltration lombaire est un traitement spécifique indiqué pour pallier le mal de dos. Elle est recommandée dans des conditions spécifiques et peut présenter de nombreux risques pour la santé. Pour cela, il est important d’avoir une maîtrise parfaite de ses implications avant d’y recourir. Découvrez à travers le présent article tout sur l’examen d’infiltration épidurale.

En quoi consiste une infiltration épidurale ?

L’infiltration épidurale ou lombaire correspond à l’injection d’une substance aux propriétés anti-inflammatoires dans la région inférieure du dos et généralement au sein du canal épidural, qui n’est toutefois pas la seule région où une injection peut être faite. En fait, selon la nature du traitement à effectuer, l’infiltration peut également être réalisée au sein du rachis lombaire, des articulations postérieures, des creux de conjonctions empruntés par les nerfs et des disques intervertébraux. La substance injectée est la plupart du temps un stéroïde hormonal provenant de la cortisone : il s’agit d’un corticoïde.

Quelles sont les indications d’une infiltration épidurale ?

Les infiltrations épidurales sont indiquées pour le traitement d’une douleur dorsale qui subsiste bien qu’une médication orale par les antalgiques et les anti-inflammatoires ait été administrée par un thérapeute habilité. Pour cela, elles sont réservées spécifiquement à la prise en charge de certaines affections lombaires. Quelles sont-elles ?

  • La hernie discale : la hernie discale qui correspond à la rupture d’un disque localisé entre les vertèbres est l’indication la plus courante d’une injection dorsale ;
  • La lombalgie qui correspond à une douleur localisée dans les lombes et la région supérieure des fesses ;
  • La sciatique qui désigne une douleur localisée dans les régions délimitées par le nerf sciatique ;
  • La cruralgie qui n’est autre qu’une douleur dorsale découlant d’une atteinte du nerf crural ;
  • Etc.

Est-ce qu'une infiltration lombaire fait mal ?

Les infiltrations épidurales sont comme vous pouvez les imaginer, douloureuses. Ceci est néanmoins tout à fait justifié et ne devrait pas créer une réticence à votre niveau. En fait, une infiltration épidurale est un traitement invasif qui provoque une irritation des tissus. C’est donc normal qu’elle s’accompagne de douleurs. Ce qui est sûr, l’intensité de la douleur qui accompagne les infiltrations n’égalera jamais celle d’une hernie dorsale, ou d’une cruralgie. De plus, elle disparaît dans les heures suivant le traitement.

Quel repos après une infiltration lombaire ?

Au terme d’une infiltration épidurale, la mobilisation du corps peut être immédiate. Cependant, pour obtenir un effet optimal, un repos minimum de 24 heures et de 48 heures au maximum est recommandé après les infiltrations lombaires. Par ailleurs, précisons qu’avant l’intervention un repos est aussi recommandé. De nombreuses études scientifiques attestent, en effet, qu’un entrisme dorsal survenu après un ou deux jours de repos permet une régression rapide des douleurs dorsales.

Peut-on conduire après une infiltration lombaire ?

Oui, il est possible de conduire au terme d’une infiltration dorsale. Toutefois, en fonction de la zone infiltrée et de l’intensité des douleurs ressenties, votre thérapeute peut vous recommander de ne pas conduire un véhicule. Dans ce cas, vous serez contraint à prendre un taxi. Ne cherchez surtout pas à vous opposer aux recommandations de votre médecin traitant, car s’il vous dit de prendre un taxi c’est certainement pour une bonne raison.

Comment se fait une infiltration épidurale ?

L’infiltration épidurale qu’elle est envisagée pour le traitement d’une hernie discale, d’une sciatique ou d’une lombalgie, se fait par le médecin suivant des étapes spécifiques. Au cours de la première étape qui est celle de la préparation, le médecin vous demandera dans un premier temps de vous allonger à plat ventre sur un support préparé pour l’examen d’infiltration. Ensuite, une désinfection de votre enveloppe cutanée ainsi qu’une anesthésie de la région à traiter seront faites. Ceci marque le début de la seconde étape qui consiste pour le médecin à placer une aiguille par guidage à proximité du disque ou du nerf à la base des perceptions douloureuses. Après, l’ensemble de ces gestes, au cours de la dernière étape qui est la plus importante, le soignant introduira le corticoïde.

Quels sont les différents types d’infiltrations épidurales ?

On distingue selon la modalité de guidage de l’aiguille durant l’intervention, trois principaux examens d’infiltrations épidurales. Notamment, l’infiltration lombaire radioguidée, sous scanner et sous échographie. L’entrisme épidural radioguidé utilisé aussi bien pour soigner une hernie discale, une lombalgie, ou une cruralgie est comme l’indique son nom basé sur la radio. Ainsi dit, au cours d’un examen d’entrisme épidural, le guidage de l’aiguille est fait grâce à la radiographie. C’est un mode de guidage assez populaire, mais moins précis que les autres en particulier l’entrisme épidural sous scanner. En fait, l’examen d’infiltration épidurale sous scanner utilise des équipements de hautes précisions spécialement conçus pour réaliser des infiltrations.

Il offre au soignant une vue nette de la région à traiter de sorte qu’il puisse accomplir les gestes requis en toute sécurité. L’entrisme scannoguidé est généralement utilisé sur les régions complexes et difficiles à explorer telles que le rachis. L’entrisme échoguidé indiqué quant à lui pour les régions moins fermes telles que les régions tendineuses et les articulations offre également une grande précision. Pour le guidage des aiguilles dans ce cas, l’échographie est utilisée. Votre soignant saura choisir de ces infiltrations, celle qui vous convient le mieux.